dimanche 25 juin 2017

Ça ira mieux la semaine prochaine.

Ou pas.

Semaine déménagement international.

Voilà voilà.

Le positif, c'est que samedi prochain on dort dans le nouvel appartement dans notre lit, si tout va bien.

Je crois que pour le moment, je vais essayer de ne pas trop penser aux jours entre deux.

dimanche 11 juin 2017

A plus un mois et des brouettes.

Je suis arrivée à Francfort il y a un plus d'un mois déjà et le temps file et j'ai toujours rien écrit.

J'ai l'impression que je n'ai pas eu le temps de m'asseoir un instant pour écrire une note, mais pour être honnête, je pourrais écrire un peu plus et passer un peu moins de temps à grignoter devant Netflix dans mon petit appartement moche.

Je vis donc actuellement un peu en dehors de Francfort, pas loin de la zone industrielle où je travaille, dans un petit appartement meublé il y a au moins 20 ans dans un style un peu sapin. L'espace est pas mal, mais ça mériterait un coup de frais.

Et un nouveau matelas.

Première nuit en enfer, je n'avais pas dormi sur un matelas aussi pourri depuis mon Interrail en 1997, c'est pour dire. Premiere nuit, je comptais les ressorts avec mes côtes. Après trois heures à faire le steak, j'ai tenté de retourner le matelas pour voir si c'était mieux de l'autre coté juste pour me rendre compte que c'était pas mieux et prendre conscience qu'il n'était plus très très propre. Déjà que la veille du premier jour d'école, on dort généralement moyen, je vous dis pas la tronche et l'humeur le premier jour de boulot. Je suis allée le lendemain même acheter un surmatelas à IKEA, jamais personne dans l'histoire de l’humanité n'a aussi bien dépensé 100€ que moi ce jour-là.

Les matelas et les coussins IKEA, c'est quand même phénoménal. Tu achètes un matelas 5 places de trois mètres sur quatre, on te donne un rouleau sous vide qui tient dans la poche et quand tu l'ouvres, pfffiuuuuuttttt on dirait une éponge magique, tu te retrouves avec un diplodocus dans le salon. Donc 72h plus tard, le temps que mon surmatelas se relaxe complètement pour atteindre son top du moelleux, et j'ai pu dormir comme un bébé et aller me coucher avec plaisir et le monde était plus beau.

Je ne peux pas tellement me plaindre des démarches administratives, j'ai de l'aide cette fois: quelqu'un qui va s'annoncer à la commune, qui s'occupe de mon contrat d'électricité, tout ça.

Je quitte mon meublé à la fin du mois et, après une semaine qui sera épique entre Italie et Allemagne, on s'installera dans un 3 pièces à Francfort. En ville, mais pas trop. Le coin même est pas le plus chou, mais à 5 minutes à pied du S-Bahn, à 10 minutes à pied du centre du quartier cool, le bus de l’aéroport à deux pas, la gare centrale à quelques arrêts de tram, un bâtiment récent, un balcon, des vrais murs, des vraies fenêtres, place de parc souterraine, tout ça. J'ai visité des appartements bien plus particuliers, j'ai même eu un coup de coeur pour un appartement style Art Déco magnifique, dans de plus jolies rues, avec vue, etc. mais la décision a été rationnelle. Je récupère le chat  - qui me hait de l'avoir mis en pension avec d'autres chats après 11 heures de trajet en voiture pendant lesquelles elle a été absolument adorable - une petite semaine après avoir emménagé et Jamy viendra probablement en octobre.

Donc, 3615 my life, c'est fini, parlons de la ville un peu.

Alors j'aime bien.

Je connaissais Francfort pour sa Messe et son aéroport impossible et j'avais quand même un peu un a priori négatif. On était venus visiter en février pour que Jamy, ayant de l'Allemagne une image forgée par les SS dans les films hollywoodiens, puisse se faire une idée et éventuellement poser son veto avant que je signe.

Long story short : il a bien aimé.

Donc Francfort, c'est quand même particulier.

C'est un patchwork de gratte-ciels, de quartiers glauques, des quartiers chous, une vieille ville mini et en grande partie reconstruite de toute pièce1, de zones industrielles, de jolis parcs au bord du Main, de chantiers, de champs de graminées à deux pas du centre, le tout entrecoupé d'espèce d'autoroutes qui coupent la ville un peu dans tous les sens.

Bon.

Images à pied au bord du Main.

samedi 8 avril 2017

Quand on déménage...

... on range et on trie. Eventuellement, on va aller voir ce qu'il y a sur ce très vieux disque dur.

Création pour blog, circa 2005.



J'ai même retrouvé un backup partiel de U-blog.

jeudi 6 avril 2017

On rigole, on rigole.

C'est confirmé : en mai, je suis teutonne.

Je crois que quitter  l'Italie - administrativement - est encore plus compliqué que d'y entrer. 

L'accomplissement du jour est d'avoir réussi à obtenir l'activation du service postale seguimi - suis-moi ! Après avoir rempli les documents trouvés en ligne sur le site de la poste - la seule étape qui peut se faire en ligne est le téléchargement du pdf - je suis allée dans mon office de poste préféré local. La dame du guichet m'a d'abord dit paniquée que si je voulais que le service soit activé à la fin du mois, il fallait que je revienne exactement 7 jours avant la fin du mois pour le délai d'activation mais en fait plutôt le 15 parce que comme ça, ça fait 7 jours et 7 jours pour que la requête soit traitée.

Office de poste d'un petit bled, elle ne savait même pas que le service existait pour l'étranger, soit. Mais pourquoi 7 + 7 ?

vendredi 24 février 2017

Bon, bon, bon.

Image Shutterstock piquée sur time.com
Bannière temporaire jusqu'en mai probablement, si ma nouvelle expatriation me redonne l’envie de raconter.

Je n’ai pas encore signé, mais c’est presque tellement officiel, que je me sens de la dire. Chefs actuel et futur ont négocié la date : courant mai, je commencerai en Allemagne.

C’est encore plus « fin d’une époque » depuis que Z, a.k.a. la vieille insuffisante rénale, ait fini par succomber à presque 19 ans d’une renal failure magistrale, après 10 ans de Fortekor et de nourriture vétérinaire et de beaucoup d’amour. Elle s’en est allée dans un nuage chimique lundi passé après un week-end assez traumatisant – peut-être bien plus pour moi que pour elle – à lui tenir la patte et la nourrir à la seringue et la voir partir d’heure en heure – mais comme me l’a dit mon vétérinaire que j’aime d’amour, je serai malgré tout soulagée de ne plus avoir à me soucier autant d’elle.

Oh que j’ai pleuré.

(Et je n’ai sûrement pas encore fini, vu comme ça pique juste écrire ces lignes)

Bref, je me sens le cœur plus léger malgré tout de ne pas devoir lui faire vivre encore un grand changement qu’elle n’aurait peut-être pas supporté.

L’autre minette, P., bientôt 14 ans, est en pleine forme, bien qu’elle soit stressée chronique et souffre de maux de voyage – je vous dis pas le cirque quand il faut voyager – mais ça sera relativement facile… Surtout qu’après avoir été la seconde pendant 14 ans, elle devrait peut-être prendre confiance et se détendre un peu.

Bon pis l’Allemagne, ça veut dire plus de possibilité de travail pour Monsieur qui pourra lui aussi enfin s’expatrier.

Donc ouais, on s’approche deux-trois mois de bordel absolu, ça va être fun.

J’en raconterai un peu plus quand j’en saurai un peu plus.

Je me demande déjà quel genre de choc culturel ça va être l’Allemagne après plus de cinq ans en Italie…

samedi 21 janvier 2017



Je suis née en France, j'ai grandi en Suisse, je vis depuis plus de 5 ans en Italie et il y a des chances que je déménage en Allemagne.

Mais quand j'entends ça, je me dis que ouais, tout ça, ça fait la rigole, mais pas de doute, je suis suisse. Il est trop fort, M. Marguet.

dimanche 15 janvier 2017

2017 année de...

Direct dans les clichés, y'a pas de raison.
... oh pis non, c'est trop facile, cette année en -ette.

2017, année du changement. On y croit, on y croit.

J'essaie de changer de situation professionnelle et de pays depuis une grosse année maintenant et jusqu'à présent, ça pèdze, je suis comme engluée dans une benne de torrone qui aurait trop pris le soleil.

Bon, c'était pas tout perdu, mes recherches en 2016, j'ai été invitée onsite très loin là-bas pour un job qui semblait acquis mais en fait pas. J'ai revu San Francisco et j'ai fait pas loin de 20'000 km tous moyens de transport confondus en 72 heures en incognito, c'était assez cool en fait. Grosse déception d'un côté, puis considérant le changement de gouvernement outre-atlantique et le fait que j'aime quand même bien les congés payés, je me suis fait une raison.

Bon, la peau, l'ours, tout ça, mais 2017 pourrait bien être l'année du changement avec une possibilité de transfert en Allemagne. Rencontre officielle prochainement avec l'équipe là-bas. Je ne devrais pas tellement en parler, vu que mes collègues, chef exclu, pensent que je serai en vacances ce jour-là, mais bon, 3615 mylife, ça faisant longtemps.

Changement de décor, de langue, de culture, de collègues, plus de possibilité de trouver un travail pour Jamy - qui n'est pas 100% joie pour l'Allemagne, mais on y travaille.

Ca me tente, ça me tente.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...